Questions & Answers

The European Commission has launched a public consultation on potential changes to the Effort Sharing Regulation or ESR, which sets national climate targets and regulates 60% of EU emissions, including those from road transport, buildings and agriculture. The consultation contains some general questions and then fifteen ‘expert’ questions. Our recommended answers to the first three general questions are below.

If you join our campaign these are the answers we will send to the European Commission on your behalf automatically.

If you would instead like to complete the full public consultation yourself, including the ‘expert’ questions, then you can find a link to the Commission’s website here.

 

1.- Selon vous, en ce qui concerne la révision du règlement sur la répartition de l’effort compte tenu de la proposition faite par la Commission d’accroître les ambitions en matière de climat à l’horizon 2030, les secteurs visés par ce règlement devraient-ils réaliser des réductions supplémentaires? Autrement dit, faut-il revoir à la hausse le niveau cible fixé à l’échelle de l’UE pour les secteurs relevant de la répartition de l’effort?

  • Oui
  • Non
  • Aucune idée

Veuillez préciser votre réponse (si possible).

Pour mettre fin à l'emballement du changement climatique, tous les secteurs doivent réaliser dès à présent d'importantes réductions d'émissions. Il ne suffira pas d'une tarification du carbone : il nous faut des objectifs au niveau national pour mettre en œuvre des mesures dans les secteurs inclus dans le règlement sur la répartition des efforts. L'augmentation de l'objectif pour 2030 devrait se traduire par une augmentation des objectifs nationaux et par conséquent l'objectif du règlement sur la répartition de l’effort à l'échelle de l'UE.

2.- Selon vous, en ce qui concerne la révision du règlement sur la répartition de l’effort, compte tenu de la proposition faite par la Commission d’accroître les ambitions en matière de climat à l’horizon 2030, tous les États membres devraient-ils intensifier leurs efforts et, par conséquent, viser des valeurs cibles plus ambitieuses?

  • Oui
  • Non
  • Aucune idée

Veuillez préciser votre réponse (si possible).

L'UE et les États membres ont signé l'accord de Paris et se sont engagés à poursuivre les efforts pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Cet engagement et l'objectif de neutralité climatique de l'UE ne seront atteints que si tous les États membres intensifient leurs efforts pour réduire les émissions dans tous les secteurs, y compris ceux couverts par le règlement sur la répartition des efforts. La trajectoire de tous les États membres doit être parfaitement équitable, claire et basée sur un renforcement des objectifs nationaux du règlement sur la répartition des efforts pour 2030.

3.- En ce qui concerne la révision du règlement sur la répartition de l’effort, compte tenu de la proposition de la Commission relative à un renforcement des ambitions en matière de climat à l’horizon 2030 et à un système élargi d’échange de quotas d’émission, quel traitement, selon vous, devrait-on réserver à ces secteurs dans le cadre du règlement sur la répartition de l’effort?

  -2 -1 0 +1 +2
Les secteurs couverts à l’avenir par le SEQE-UE étendu devraient également demeurer dans le champ d'application du règlement sur la répartition de l’effort.
Les secteurs couverts à l’avenir par un SEQE-UE étendu ne devraient pas continuer à relever du champ d’application du règlement sur la répartition de l’effort.
Mon avis dépend du ou des secteurs concernés (veuillez expliquer dans l’encadré).

Veuillez préciser votre réponse (si possible).

Des secteurs tels que le transport routier et le logement touchent à notre vie quotidienne. Je veux que mon gouvernement discute avec moi et mes concitoyens de la manière dont nous allons faire baisser les émissions dans ces secteurs.

Je ne veux pas que mon gouvernement s'appuie uniquement sur un mécanisme de tarification européen pour ce faire, mais qu'il développe et renforce toutes les mesures disponibles, européennes et nationales, permettant de rendre les alternatives disponibles et attractives. Les gouvernements doivent encourager entreprises et consommateurs à adopter de nouveaux comportements. Le maintien de ces secteurs dans le cadre du RRE est nécessaire, puisqu'il rend chaque gouvernement responsable d'honorer ses engagements.

Le recours à un mécanisme de tarification européen, qui pourrait avoir davantage d'effet sur les consommateurs à faible pouvoir d'achat, risque de saper l'adhésion des citoyens européens à la politique climatique de l'UE.